domenica, Luglio 25

Rwanda: qu’y a-t-il derrière la campagne fake news contre le président Paul Kagame? By spreading fake news, it is hoped to trigger a social revolt with the hope that it will turn into an ethnic revolt. According to some investigations, the author would be the Burundian regime of the CNDD-FDD

0

Le 24 août, des internautes congolais de Bukavu et Goma (provinces du Kivu, est du Congo) ont annoncé sur Whatsappque le président Paul Kagame avait été gravement touché par le virus Covid19 et il est entrain de mourir. La nouvelle a été accompagnée par une photo montrant le Chef de l’Etat rwandais hospitalisé dans un service de soins intensifs et assisté par du personnel de santé en tenue de protection. En quelques heures, la nouvelle devient virale au point de créer de sérieux doutes parmi une partie de la population rwandaise.

Après un examen attentif, la nouvelle a abouti à un FakeNewsdéjà diffusé en avril dernier sur d’autres réseaux sociaux: Twitter, Facebook. Même alors, la nouvelle était devenue virale au point de pousser France24 à publier une démentie officielle. Une recherche d’image via le moteur de recherche spécialisé TinEye  aviez permis de retrouver la photo originale publiée aux côtés des Fakenews sur le grave  état de santé de Paul Kagame. La photo (prise le 6 mars 2020) appartient à unpatient australien (Tim McLean) hospitalisé dans le service de soins intensifs d’un hôpital de Wuhan en Chine. L’hospitalisation critique de M. McLean a été rapportée à l’epoque par le journal DailyMail.

Le 30 août, une autre fake news sur la santé du président rwandais devient viral. Cette fois, Paul Kagame est admis dans une unité de soins intensifs d’un hôpital britannique, toujours mourant suite à une deuxième chirurgie cérébrale ratée due à un cancer. Cette fakenews est constitué d’un article qui rentre dans les détails «secrets» de sa succession. Le nom de Louise Mushikiwabo, ancienne Ministre des Affaires étrangères et actuelle Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, apparaît. Selon le journaliste présumé, Mushikiwabo serait le favori des pays occidentaux pour remplacer Kagame en prévision de sa mort imminente.

L’article continue en décrivant une prétendue lutte pour le pouvoir au sein de l’appareil des forces armées rwandaises. «Une grande pourcentage de RDF n’est pas prêt à accepter que l’Occident leur impose qui que ce soit. Les généraux de l’armée voient leur même une circonscription légitime pour produire le prochain chef du pays. Les généraux Kabarebe et Kazura sont à la pointe de la compétition ». L’auteur du site d’information de cette fakenews est le Great Lake Post

L’hospitalisation de Paul Kagame et sa fine certaine sont deux thèmes récurrents. En mars dernier, un’autre Fakenews a fait savoir que le président rwandais avait été évacué vers le Royaume-Uni pour un traitement médical en raison de l’infection de Covid19 et que son Premier Ministre agissait entre-temps en tant que Président Par Intérim sans le déclarer officiellement. Pour la rendre crédible, les auteurs de cette fausse nouvelle avaient reproduit la page web de TV5 Monde.

En juin dernier, une série d’articles partagés des milliers de fois sur Facebook et Twitter affirmaient que le président Paul Kagame avait censuré l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour avoir refusé d’approuver un tonique à base de plantes vanté par le gouvernement de Madagascar comme un remède pour le COVID-19. En avril, le président malgache Andry Rajoelina a lancé un mélange d’herbes qu’il annonce comme un remède contre le COVID-19. La boisson a été développée par l’Institut Malgache de Recherche Appliquée (IMRA) à partir d’herbes indigènes contenant de l’armoise, une plante qui s’est avérée efficace dans le traitement du paludisme.

Cependant, l’OMS a mis en garde contre “l’adoption d’un produit dont l’efficacité n’a pas été testée“, tandis que les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré que la perfusion devrait être “rigoureusement testé”.

Le président rwandais n’a jamais pris parti contre l’OMS. Au contraire. Lorsque le président américain Donald Trump en avril dernier a critiqué la gestion de la pandémie par le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus,Kagame a déclaré que l’OMS “avait la confiance et le soutien sans réserve de l’Afrique”.

Comment expliquez-vous une série des fakenews contre le Chef de l’Etat rwandais en moins de sept mois? Qui sont les auteurs? Quels sont leurs objectifs? Pour répondre à ces questions, une grande prudence est nécessaire car chaque enquête peut entrer dans le monde sombre et nébuleux de la conspiration.

La plupart des gens pensent que le phénomène des fakenewsprovient des personnes mentalement perturbées ou en quête de notoriété. Au contraire, les Fakenews sont des armesmodernes de désinformation que les gouvernements, les partis, les lobbies, les groupes terroristes et même diverses entreprises utilisent pour discréditer leurs concurrents, leurs adversaires ou pour semer le doute et le chaos dans un secteur particulier de la société ou dans une Nation.

Dans le cas du Rwanda, il est clair que tous ces Fakenews ont pour objectif spécifique de confondre et d’effrayer l’opinion publique rwandaise déjà éprouvée par la pandémie Covid19. Les dernières données du développement de la pandémie au Rwanda parlent des 4 043 cas de contagion et 16 décès. Le faible pourcentage de propagation de Covid19 est dû à l’excellente gestion du confinement mise en œuvre en temps opportun par les autorités rwandaises. Malheureusement, cette victoire sur la pandémie a été obtenue en payant un prix élevé parmi la population. Les groupes les plus précaires, les salariés, les agriculteurs et les petits et moyens commerçants voient leur niveau de vie gravement compromis. La majorité de ces secteurs sociaux sont dominés par les Hutus.

Il y a une nervosité sociale généralisée dans le pays qui pourrait conduire à des révoltes ouvertes contre nouvellesmesures de lockdown qui risquent de jeter des centaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Cette nervosité se retrouve également dans la classe moyenne urbaine. Cette nervosité est le but des auteurs de l’incroyable série desFakenews.

En les diffusant, on espère déclencher une révolte sociale avec l’espoir que s’en transforme en révolte ethnique. Dans le même temps, la fausse nouvelle se répand sur les réseaux sociaux selon laquelle la minorité tutsie rwandaise n’est pas affectée par les effets économiques négatifs du Covid19. Afin d’exaspérer les esprits, la fausse rumeur se répand également selon laquelle les mesures draconiennes de lockdownimposées par le gouvernement sont un plan visant à réduire physiquement la population hutue.

Qui sont les auteurs? Les enquêtes en cours n’ont pas encore permis de les identifier. Il y a quelques hypothèses. Parmi elles: le régime racial nazi burundais du CNDD-FDD. Des hypothèses qui doivent être prises avec un grain de sel car pour le moment il n’y a pas suffisent éléments pour blâmer le régime Gitega même s’il n’aurait pas mal des motifs. Seules les sources géographiques de diffusion de ces FakeNews sont connues: les villes congolaises de Bukavu (Sud Kivu) et Goma (Nord Kivu). Dans le cas des dernières fakenews qui voient Kagame mourir en Grande-Bretagne, le site du Great Lake Post serait un organe de propagande du groupe terroriste rwandais FDLR responsable du génocide de 1994 et maintenant le plus important allie politique et militaire du régime de Gitega.

Pour aggraver le climat social tendu vient une série de mesures décidées par le gouvernement de Kigali sans fournir la moindre explication. La frontière de Giseni menant à la ville de Goma, au Congo, a été fermée au transit de personnes sans raison apparente. Le couvre-feu de nuit en tant que mesures d’endiguement de Covid19 a été prolongé et les déplacements à destination et en provenance de la région ouest de Rusizi qui borde le Burundi et le Congo sont désormais interdits. Mesures justifiées par une augmentation soudaine des cas de Covid19 dans la zone selon les informations fournies par le ministère de la Santé.

Impossible de ne pas remarquer que les nouveaux foyers de contagion se situent à la frontière avec deux pays problématiques avec le Rwanda et non dans les grands centres urbains, Kigali, Butare, etc. Des sources locales font également état d’une grande nervosité de la part de la police et de l’armée en charge de l’application des mesures d’endiguement de la pandémie.

Une nervosité apparemment injustifiée étant donné que jusqu’à présent, la population rwandaise a fait preuve d’une grande responsabilité en suivant à la lettre toutes les mesures de prévention sanitaire. Est-il possible d’identifier des raisons politiques ou de sécurité nationale inconnues derrière ces décisions? Pour le moment non, à moins d’accepter le risque de s’engager sur une voie glissante qui pourrait conduire à des dérives de conspiration.

FakeNews et décisions prises par les autorités rwandaises sans avertissement s’inscrivent dans un cadre régional de plus en plus chaotique. La guerre froide entre le Rwanda et l’Ouganda se poursuit. Ce dernier est en train d’entrer dans une période électorale très contrastée. Pour la première fois, Museveni pourrait perdre les élections. Au Congo voisin, le président Félix Tshisekedi se défend des tentatives de déstabilisation menées par l’ancien dictateur Joseph Kabila (son allié politique). Au Burundi, après la mort du dictateur Pierre Nkurunziza, le nouveau régime CNDD-FDD démontre une incapacité totale à gérer le pays en totale faillite. Au Burundi également, les massacres de civils ont triplé et, pour la première fois depuis 2015, on assiste à des actions coordonnées de la part de groupes d’opposition armés dans tout le pays. En Tanzanie, la période électorale approche et le président Magufuli adopte une série de mesures antidémocratiques qui risquent de conduire le pays vers un régime autoritaire.

Le chaos régional latent est accompagné d’une crise économique post-pandémique imminente qui, pour la première fois au cours des 15 dernières années, risque de réduire les taux de croissance annuels des pays de la Région du Grands Lacs et de ralentir l’économie régionale. Enfin, il y a des rumeurs de nouveaux préparatifs pour l’invasion du Rwanda par les forces terroristes FDLR, et autres groupes anti-rwandais soutenus par le régime burundais et le gouvernement ougandais.

Des rumeurs partiellement confirmées par deux blitz policiers et militaires qui ont infligé en trois jours un coup sévère à la direction de trois groupes terroristes rwandais: FLDLR, MRCD et PDR-Ihumure.

Le terroriste Paul Rusesabagina (héros du film Hotel Rwanda) à la tête du MRCD et du PDR a été arrêté par des puissances étrangères et remis aux autorités rwandaises. Il sera jugé pour divers crimes dont: terrorisme, incendie criminel, enlèvement et meurtre, perpétrés contre des civils rwandais non armés et innocents sur le territoire rwandais, notamment à Nyabimata – district de Nyaruguru en juin 2018 et Nyungwe – district de Nyamagabe en décembre 2018.

Leo Cyprien alias le général Kagoma, l’un des meilleurs stratèges du groupe terroriste rwandais FDLR a été tué lors de violents affrontements entre terroristes et unités de l’armée congolaise aux localités de Bokombo et Nyabanira sur le territoire de Rutshuru, Nord Kivu, Congo. Des troupes d’élite de l’armée rwandaise peuvent avoir participé à l’opération militaire.

<< L’arrestation de Rusesabagina et l’exécutionextrajudiciaire du général Kagoma ne sont pas des coups de fortune, mais deux victoires bien étudiées des forces armées alliées congolaises et rwandaises afin d’affaiblir la coalition de groupes armés qui se prépare à envahir le Rwanda avec le soutien des puissances régionales. La situation dans les Grands Lacs est très tendue et quelque chose d’irréparable pourrait venir à la grande surprise de la communauté internationale », déclare un expert militaire régional sous anonymat.

Une déclaration partielle confirme la décision du président congolais Félix Tshisekedi de tenir une réunion extraordinaire le 01 septembre au palais présidentiel de Kinshasa où les gouverneurs des provinces de l’Est: Ituri Nord et Sud Kivu ont été convoqués avec un préavis de 24 heures. Le Président les a chargés d’un plan de sécurité militaire spécial pour stabiliser l’est du pays. Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba était également présent à la réunion. Pour le moment, les détails de ce plan ne sont pas connus, seule la promesse de Tshisekedid’injecter d’énormes sources afin de prévenir tout problème et de résoudre une fois pour toutes le cycle de violence causé par les gangs armés dans la région.

Le président Paul Kagame, fidèle à son style politique, a choisi d’ignorer (officiellement) cette série de Fakenews, soigneusement analysée par ses experts. Le mardi 1er septembre, le chef de l’Etat rwandais a prononcé un discours en vidéoconférence sur la pandémie de Covid19. Sa santé est excellente comme en témoigne la vidéo de son interventionpubliée sur YouTube

L’informazione che non paghi per avere, qualcuno paga perché Ti venga data.

Hai mai trovato qualcuno che ti paga la retta dell’asilo di tuo figlio? O le bollette di gas, luce, telefono? Io no. Chiediti perché c’è, invece, chi ti paga il costo di produzione dell'Informazione che consumi.

Un’informazione che altri pagano perché ti venga data: non è sotto il Tuo controllo, è potenzialmente inquinata, non è tracciata, non è garantita, e, alla fine, non è Informazione, è pubblicità o, peggio, imbonimento.

L’Informazione deve tornare sotto il controllo del Lettore.
Pagare il costo di produzione dell’informazione è un Tuo diritto.
"L’Indro" vuole che il Lettore si riappropri del diritto di conoscere, del diritto all’informazione, del diritto di pagare l’informazione che consuma.

Pagare il costo di produzione dell’informazione, dobbiamo esserne consapevoli, è un diritto. E’ il solo modo per accedere a informazione di qualità e al controllo diretto della qualità che ci entra dentro.

In molti ti chiedono di donare per sostenerli.

Noi no.

Non ti chiediamo di donare, ti chiediamo di pretendere che i giornalisti di questa testata siano al Tuo servizio, che ti servano Informazione.

Se, come noi, credi che l’informazione che consumiamo è alla base della salute del nostro futuro, allora entra.

Entra nel club L'Indro con la nostra Membership

Condividi.

Sull'autore

End Comment -->