Israël, 20 ans de réclusion criminelle pour les lanceurs de pierre Gaza

Souvent les lanceurs de pierres sont des enfants, mais leur statut de mineur ne les protège pas contre les arrestations et même l’emprisonnement car conformément à la loi israélienne, les enfants de plus de 12 ans ont l’âge de la responsabilité pénale et peuvent , de ce fait ,être arrêtés ou détenus.  Les autorités d’occupation supposent que des mesures punitives touchant les portes monnaie des parents qui vivent souvent  dans des situations précaires, seraient dissuasives et que si des enfants, même innocents, sont arrêtés c’est pour que leurs familles  préviennent d’autres enfants, afin qu’ils sachent que c’est la prison qu’ils risquent et arrêtent, ainsi, de jeter des pierres.

L’Unicef  (Fond des Nations Unies pour l’enfance) a plusieurs fois rapporté qu’au motif  d’être soupçonné d’avoir  jeté des pierres, des enfants palestiniens sont arrêtés ,incarcérés et sont même victimes de mauvais traitements dans les lieux israéliens de détention militaire. Dans l’un de ses rapports le fond Onusien a souligné que de tels actes sont répandus, sont systématiques et sont institutionnalisés ce qui constitue une violation des lois internationales. L’UNICEF a ,par ailleurs, dénoncé  les tribunaux militaires pour enfants qui n’existent nulle part ailleurs dans le monde.

Hormis ces mesures arbitraires au regard du droit international ,les autorités d’occupation ont souvent recours à la détention administrative. Une procédure qui permet l’incarcération de tout palestinien, même sans chef d’inculpation ni procès et ce pour une période de six mois, indéfiniment renouvelable. La détention a souvent lieu  sur la base d’informations considérées comme “secrètes”  par l’armée qui ne les communique ni au détenu ni à son avocat.

L’adoption du  projet de loi  n’a surpris personne d’autant plus que  la coalition gouvernementale du premier ministre, Benyamin Netanyahou, détient 61 des 120 sièges. . Il s’agit d’un gouvernement composé de ministres issus de l’extrême droite ou de partis ulra religieux qui soutiennent la colonisation ,  crient haut et fort leur hostilité au processus de paix et  qui n’hésitent pas à  inciter ouvertement à la haine contre les Palestiniens.

Si elle n’a surpris personne ,cette nouvelle législation a, en revanche, soulevé le tollé des palestiniens qui dénoncent “une décision raciste et criminelle” . “C’est une  violation  flagrante du droit international qui vise à casser la volonté du peuple à lutter contre l’occupation israélienne”  a réagi, en colère Qadoura Fares ,responsable  en charge du dossier des prisonniers politiques palestiniens ,détenus dans les geôles israéliennes.

Ceux qui occupent votre terre et détruisent vos maisons et vous répriment jouissent de l’impunité et reçoivent même des médailles, mais les vraies victimes dont la colère est justifiée sont punis!. Elle est où la justice dans cette loi ?”   s’est il interrogé ,réitérant le droit de son peuple  à lutter contre l’injustice et  l’occupation .